Ne crache pas dans l'eau du puits, tu seras peut-être obligé d'en boire.   Ivan KRYLOV

La vie & l'oeuvre
Chronologie Le récit Pistes Textes

Le site
Ecrire à Francois bougeault  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile

Les lecteurs

 49990 visiteurs

 1 visiteur en ligne


bouquins.gif

coronelli-terrestre.gifLe monde

-1815 Bataille de Waterloo; Seconde abdication de Napoléon Ier - Seconde restauration de Louis XVIII
-1825 Nicolas Ier, empereur de Russie
-1830 Révolution de Juillet; Louis-Philippe roi des Français (Monarchie de Juillet)
-1848 Révolution française de février; proclamation de la République
Ces journées révolutionnaires apparaissent dans L'Éducation sentimentale de Flaubert ; elles forment le cadre du début de la troisième partie :« La veille au soir, le spectacle du chariot contenant cinq cadavres recueillis parmi ceux du boulevard des Capucines avait changé les dispositions du peuple ; et, pendant qu'aux Tuileries les aides de camp se succédaient, et que M. Molé, en train de faire un cabinet nouveau, ne revenait pas, et que M. Thiers tâchait d'en composer un autre, et que le Roi chicanait, hésitait, puis donnait à Bugeaud le commandement général pour l'empêcher de s'en servir, l'insurrection, comme dirigée par un seul bras, s'organisait formidablement. Des hommes d'une éloquence frénétique haranguaient la foule au coin des rues ; d'autres dans les églises sonnaient le tocsin à pleine volée ; on coulait du plomb, on roulait des cartouches ; les arbres des boulevards, les vespasiennes, les bancs, les grilles, les becs de gaz, tout fut arraché, renversé ; Paris, le matin, était couvert de barricades. La résistance ne dura pas ; partout la garde nationale s'interposait ; -- si bien qu'à huit heures, le peuple, de bon gré ou de force, possédait cinq casernes, presque toutes les mairies, les points stratégiques les plus sûrs. D'elle-même, sans secousses, la monarchie se fondait dans une dissolution rapide ; et on attaquait maintenant le poste du Château-d'Eau, pour délivrer cinquante prisonniers, qui n'y étaient pas »

-1852 Napoléon III, devenu empereur après un coup d'état qui lui permit de passer du statut de président de la république à celui d'empereur, gouvernait le pays d'une main autoritaire et tentait aussi d'influencer la politique à l'intérieur et à l'extérieur de l'Europe.
1854 -1855 : Guerre de Crimée.
-1860 Après 1860, alors qu'à l'intérieur du pays la politique passait d'autoritaire à libérale, à l'extérieur du pays la politique passait de la réussite à l'échec.

-1870 Guerre franco-allemande
Le 4 septembre 1870, deux jours après la bataille de Sedan, la Troisième République fut proclamée à Paris ainsi que la déchéance de l'empereur. Celui-ci, ainsi que toute l'armée de Châlons ayant capitulé à Sedan, prit le chemin de l'Allemagne pour un exil de plusieurs mois.
-1871
A la suite du traité de paix de Francfort signé le 10 mai 1871, la France vit son territoire amputé de l'Alsace (sans Belfort) et d'une partie de la Lorraine (avec Metz).
Une conséquence de la guerre fut la révolution parisienne que l'on nome communément la "Commune". Cette guerre civile eut pour cause le mécontentement des parisiens après plusieurs mois de privations dût au siège de Paris par les armées allemandes. L'enfermement, le manque de nourritures et de mesures efficaces pour briser le siège avait fini par mécontenter une partie des parisiens. Juste après la guerre, le 18 mars 1871, une partie importante des parisiens encore armés (la garde nationale n'avait pas été désarmée) déclencha une lutte sanglante qui dura trois mois. Elle opposa le gouvernement national regroupé à Versailles et le gouvernement révolutionnaire de Paris. L'armée de la Commune (les Communards ou les Fédérés) se barricadèrent et affrontèrent énergiquement l'armée régulière (les Versaillais). Finalement, la révolution fut matée et le gouvernement, sous la direction d'Adolphe Thiers (chef du pouvoir exécutif de 1871 au 24 mai 1873 ) put se consacrer à la réfection de la France.
-1875 Lois constitutionnelles de la IIIe République.
-1877 Mort le 3 septembre 1877 de A. Thiers :À ses funérailles, qui eurent un caractère très imposant et une signification particulière en raison de la crise politique que traversait la France, l'Académie désigna Sylvestre de Sacy pour parler en son nom ; ce devoir incombait à Émile Ollivier, alors absent de Paris, qui protesta et revendiqua son droit de répondre à celui qui succéderait à Thiers ; un nouvel incident se produisit encore et ce fut Xavier Marmier qui le remplaça. Thiers appartint à l'Académie des Sciences morales et politiques.

-1881 : Assassinat du tsar Alexandre II
-1894 Affaire Dreyfus.


Date de création : 23/09/2005 @ 17:42
Dernière modification : 08/10/2005 @ 23:51
Catégorie : Chronologie
Page lue 539 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Les documents
Accessoires Lieux Références

Recherche





bouquins.gif

^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.5 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.24 seconde